40 ans de FIAC : une foire en pleine force de l’âge

Gilles Barbier - Still Memory 8, 2013

Gilles Barbier – Still Memory 8, 2013

RETOUR SUR LA FIAC 2013: Médias, collectionneurs et galeristes sont d’accord sur un fait : la FIAC 2013 fut une franche réussite. Plus contemporaine, plus qualitative, plus audacieuse aussi sur certains aspects, la foire parisienne a fêté ses quarante bougies sans une ride. Plus de 75.000 visiteurs, dont 17.000 présents au vernissage, ont pu admirer ce week-end, sous la verrière du Grand Palais, les œuvres modernes et contemporaines présentées par les 184 exposants sélectionnés.

Cette année, la Foire se voulait résolument internationale puisque vingt-cinq nationalités de galeries étaient représentées, soit 3 177 artistes à découvrir et/ou redécouvrir. Les exposants français comptaient pour un tiers, mais les nouveaux pays collectionneurs ont été eux aussi de la partie avec une représentation remarquée du Mexique, du Brésil (cinq galeries), de la Chine (deux galeries) et du Qatar. Trois nouveaux pays étaient également représentés cette année : le Canada par la galerie Catriona Jeffries, l’Irlande par la galerie Mother’s tankstation, et la République Tchèque par la galerie Hunt Kastner. Les galeries allemandes quant à elles ont été sélectionnées en grand nombre, étant aussi bien représentées à Paris qu’à la Frieze à Londres, qui avait lieu la semaine précédente. Dans le Salon d’honneur, les jeunes galeries se sont fait particulièrement remarquer par leur éclectisme, leur audace et la diversité de leur provenance. Le maître-mot de cette édition était donc diversité.

A quelques rares exceptions près, les galeries n’ont pas opté pour le one man show mais ont au contraire présenté une large palette d’artistes, de nationalités, de styles et d’époques différents. La FIAC a donc révélé cette année une véritable capacité de renouvellement. Certes, nous n’échappons pas encore tout à fait aux éternels mobiles de Calder (fortement représentés cette année), ni aux installations décalées de Tinguely, mais les galeristes  ont su proposer de nouveaux talents qui côtoyaient les artistes modernes de renommée internationale.

On soulignera la volonté des galeristes d’avoir voulu orchestrer une foire qualitative : peu d’œuvres malgré la diversité des artistes, et un comité de sélection qui s’est fait sévère.

L’innovation de cette édition 2013 était l’insertion du programme In Process, programme de performances pensé en partenariat avec l’Auditorium du Louvre.

Ryan Gander - Encompassed by one Telling

Ryan Gander – Encompassed by one Telling
Acrylic on mirrored glass

La FIAC 2013 nous a aussi révélé les tendances du marché de l’art contemporain : le néon, les effets de lumières et les miroirs se sont invités en masse sur les stands.  La sculpture était peu représentée par rapport au grand nombre de tableaux, mais elle s’est fait remarquer pour sa monumentalité. Le livre fait aussi sa grande apparition sur le marché de l’art contemporain. Un grand nombre d’artistes l’a utilisé comme matériau de base d’une sculpture ou d’une installation.

Les artistes gagnants de cette édition sont les artistes internationaux : Davide Balula pour le Portugal et Korakrit Aruanondchai pour la Thaïlande. Ai Weiwei a quant à lui créé la mascotte de la foire avec son arbre de fer, Martial Raysse l’intemporel a été présenté par de nombreuses galeries, et la voiture accidentée de Bertrand Lavier a fait couler beaucoup d’encre.

La surprise de cette 40e FIAC fut le grand retour de l’art abstrait, notamment grâce au dynamisme des jeunes galeries installées à l’étage supérieur. Un coup de cœur pour le langage innovant de Channa Horwitz, et les propositions presque cinématographiques de Dashiell Manley, qui, tel un réalisateur, a composé 24 toiles abstraites comme 24 images par seconde.

 

 

David Altmejd - Untitled, 2013

David Altmejd – Untitled, 2013
wood, plaster, burlap, paint

Si vous ne voulez retenir que cinq œuvres de cette édition exceptionnelle de la FIAC, notez bien :

-        L’arbre de fer d’Ai Weiwei présenté par la galerie Neugerriemschneider ;

-        La Ferrari cabossée de Bertrand Lavier exposée par Yvon Lambert – qui aurait été acquise par François Pinault ;

-        Le Rotorelief de Duchamp (édition de 1965) que l’on pouvait voir à la Galerie du Minotaure ;

-        Les œuvres en toile d’araignée de Thomas Saraceno sur le stand d’Esther Schipper ;

-        Les fusains reprenant des photographies du cabinet de Freud par Robert Longo présentés par la Galerie des Multiples.

 

 

 

Quelques uns des coups de coeur de l’équipe

Tracey Emin - Young and Sweet and Beautiful, 2012

Tracey Emin – Young and Sweet and Beautiful, 2012

Louise Bourgeois - I go to Pieces : My Inner Life (#6), 2010

Louise Bourgeois – I go to Pieces : My Inner Life (#6), 2010

Juan Munoz - 2 Seated on the Wall ith Big Chairs, 2000

Juan Munoz – 2 Seated on the Wall in the Big Chairs, 2000

Jaume Plensa - Marianna W., 2013

Jaume Plensa – Marianna W., 2013
Tilleul 

Alexander Calder - Snow Flurry, 1950

Alexander Calder – Snow Flurry, 1950

Commentaires et questions

Aucun commentaire pour le moment. Soyez le premier !

    Laisser un commentaire