ARMAN

France

Sculpteur

1928-2005

Style: Nouveau Réalisme

Biographie

Arman, de son vrai nom Armand Fernandez, est né le 17 novembre 1928 à Nice et mort à New York le 22 octobre 2005. Il s’agit d’un artiste franco-espagnol , peintre, sculpteur et plasticien, renommé pour ses installations et ses « accumulations ». Il fut l’un des premiers à employer directement les objets manufacturés, en tant que matière picturale. Pour lui, ces objets s’apparentent à des extensions de l’humain, à croissance et multiplication continues.

Fils unique d’Antonio Fernandez, marchand de meubles et d’antiquités, d’origine espagnole, et de Marguerite Jacquet, issue d’une famille de fermiers de la Loire, le jeune Armand montre très tôt des dispositions pour le dessin et la peinture.  Il entre à l ‘ Ecole des arts décoratifs de Nice puis à l’école du Louvre. Il se lie d’amitié avec Yves Klein et Claude Pascal. Etonnament, c’est à l’école de judo de Nice qu’ils se rencontrent en 1947 et non dans le milieu de l’art.  Avec ses deux amis, il s’intéresse aux philosophies orientales.

Arman signe de son prénom en hommage à Van Gogh à partir de 1957. Cependant, il décide d’abandonner le “d” de son prénom et officialise sa signature en 1958 pour l’exposition chez Iris Clert.

En Octobre 1960, il remplit la galerie d’Iris Clert d’objets de rebut et du contenu sélectionné de poubelles. Cette exposition s’intitule “le Plein” et prend le contrepoint de l’exposition “le Vide” oraganisée par Yves Klein deux ans plus tôt.

Le même mois, Arman fonde avec Yves Klein le groupe des Nouveaux Réalistes auquel s’ajoutent François Dufrêne, Raymond Hains, Martial Raysse, Daniel Spoerri, Jean Tinguely et Jacques Villeglé, rejoint plus tard par César, Mimmo Rotella,Niki de Saint Phalle, Gerard Deschamps et en 1963 Christo.

Arman s’expatrie en 1961 et développe alors sa carrière à New York.

Toute sa vie, Arman est un collectionneur passionné d’objets usuels (montres, armes, stylos…) et d’objets d’art, en particulier d’art africain traditionnel dont il était un connaisseur et un spécialiste reconnu.

L’oeuvre d’ Arman est unique, brute et incontournable. Il s’est intéressé au statut de l’objet et au rapport que les sociétés modernes entretiennent avec celui-ci où l’objet est tantôt consommé à outrance tantôt sacralisé.

Sa première exposition personnelle à lieu à Paris en 1955  à la Galerie du Haut-Pavé.

Ses premiers « Cachets » (traces d’objets encrés ou peints) à Paris, oeuvres clés de sa carrière, datent quant à eux de 1956.

En 1959, il se lance dans la série des « Poubelles ». Cette série consiste en une exposition d’ ordures ménagères, de détritus trouvés dans la rue et de déchets. Ses « accumulations » d’objets suivent une logique quantitative. Cette logique quantitative efface ainsi la singularité des objets. Les installations renvoient  une image de profusion, en même temps qu’elles soulignent le caractère périssable des produits de la société d’abondance.

En 1961, il commence la série des « Colères ». Cette série consiste en une destruction d’objets, par exemple les « Coupes » de violon, de piano, de contrebasse… Ces objets sont par la suite savamment recollés sur piédestal ou sur supports muraux. Dans les « Combustions » de 1963, ces mêmes objets sont brûlés.

Entre 1980 et 1999, l’éventail des œuvres et des techniques s’élargit. Arman décline et multiplie les diverses procédures d’exécution. À la fin des années 1990, l’œuvre se radicalise en une succession de gestes reliés à l’objet . Il montre également un intérêt renouvelé pour la peinture . Quelle que soit la technique, l’objectif reste le meme faire prendre conscience au public de la production de masse dans la société contemporaine et de la désuétuetude de cette consommation de masse.

.En juillet 2001, une grande retrospective est organisée et 150 de ses créations sont sélectionnées pour « La traversée des objets », à Venise, sur l’île de la Giudecca. Après avoir, une vie durant, malmené, cassé ou brûlé pianos à queue, violons, fauteuils ou voitures, Arman renoue avec la peinture de chevalet en une série d’œuvres, « Serious Paintings », qui allient la recomposition d’instruments de musique à leur « mise en scène » en peinture.

Sites officiels:

site de l’artiste

site de Arman studio

Où trouver ses oeuvres?

Galerie Bartoux

Galerie Daniel Templon

Galerie Ferrero Nice

Galerie Mickael Marciano

Sissman Gallery 

Galerie Berthéas Les Tournesols 

 

Commentaires et questions

Aucun commentaire pour le moment. Soyez le premier !

    Laisser un commentaire

    • Rechercher un artiste