Li Chen

+

SculpteurliChen-artransfer

Né en 1963

Biographie

Li Chen  est né le 16 Avril 1963 à Yulin. C’est un artiste sculpteur taïwanais.

Au commencement, Li Chen sculpte sur commande des autels bouddhiques et des statues à l’effigie de Bouddha. Cet exercice l’a conduit à l’étude du bouddhisme et du taoïsme. Dès les années 1990, Li Chen décide de mettre un terme à sa carrière d’artisan. Poussé par sa créativité, il se consacre à l’art. Son travail artistique est unique, mélange original et précis d’art classique et de modernité. Il est le reflet de sentiments et de réflexions personnelles de l’artiste sur l’homme et le monde qui l’entoure. Ses oeuvres appellent le spectateur à vivre de façon harmonieuse et à méditer davantage.

L’artiste est précoce et commence dès ses sept ans à peindre. Il raconte qu’ il aimait s’allonger sur les rochers et regarder les nuages changer de silhouettes. Une image poétique qui fait écho à son oeuvre actuelle. Les formes irrégulières, qu’elles soient dans le ciel ou sur une vieille paroisse murale,ont toujours fasciné Li Chen et cela se retrouve dans sa sculpture.

Les parents de Li Chen  sont conscients de la sensibilité artistique de leur fils. Il l’encouragent donc à poursuivre des études adaptées. Il entre ainsi au lycée de Daija à Taiwan où il étudie pendant six ans l’art et l’artisanat. Il y est largement influencé par les artistes taïwanais contemporains tels que Chen Hsin-wan, Cheng Chiung-ming, Lee Chin-hsiu et Huang Pu-ching. A la fin du lycée, Li Chen effectue son service militaire.Il est par la suite embauché Li Chen dans l’atelier du sculpteur taïwanais Hsieh Tung-liang où il étudie la sculpture corporelle.

En 1987, Li Chen rencontre un moine bouddhiste qui va lancer sa carrière artistique. C’est en passant devant l’atelier de Hsieh Tung-liang que le moine remarque le travail de Li Chen. Il engage ainsi la conversation : « Jeune homme, j’étais peintre avant et je trouve ta technique de sculpture très bonne. Voudrais-tu devenir artiste-sculpteur de Bouddha ? Si ma proposition t’intéresse, j’ai un temple où tu pourras exposer tes statues ». C’est ainsi que Li Chen commence à sculpter des bouddhas.

La transition fut difficile car sculpter une figure sacrée apparut beaucoup plus complexe que sculpter des individus. Pour parfaire ses réalisations, Li Chen étudie le monde bouddhique et lit de nombreux ouvrages. Durant cette période, l’ensemble de son travail est  consacré à la réalisation de sculptures de Bouddha. Ainsi, il n’a pas le temps de se consacrer à ses propres créations. Il décide d’y remédier en 1999, en se lançant  dans une carrière artistique.

Les sculptures de Li Chen font écho à la culture asiatique et cherchent à en véhiculer le sens, l’esprit et les valeurs.

Dès ses premières collections, La beauté du vide (1992-1997) et L’énergie du vide (1998-2000), l’artistes met en forme des statues du Bouddha. Les lignes sont volontairement minimalistes pour réinterpréter l’image sémiotique de la divinité bouddhiste. Quant aux rondeurs des statues, elles évoquent les concepts taoïstes du Qi et de l’énergie en créant un paradoxe visuel entre massif et raffiné

Dans sa collection Le voyage spirituel au travers du Grand Ether en 2001, Li Chen utilise des techniques de dorure sur des sculptures en bronze . Il met ainsi en retrait la tradition au profit d’une vision plus contemporaine. Un point qui contraste avec la collection Les gardiens des âmes (2008-2009), dans laquelle il propose une interprétation spirituelle et philosophique des catastrophes naturelles survenues ces dix dernières années. Cette série illustre les préoccupations de l’artiste à l’égard de la société et du genre humain.

En 2011, Li Chen oriente sa réflexion sur les différentes évolutions d’une vie. De là naîtra la collection L’immortalité du destin. Il utilise du bois, des cordages, de la céramique pour mettre en forme des corps vivants ou inertes. Le but est la représentation des états propres à chaque vie, humaine ou non.

La même année, l’artiste conçoit la collection Nuage éthéré qui met en lumière des pièces en acier inoxydable imitant des nuages et des filets de fumée, lesquels ont, pour l’artiste, en adéquation avec la pensée bouddhiste une âme propre.

Les œuvres de Li Chen ont été exposées à l’international, notamment en Italie, en 2004, lors de « l’OpenAsia » , mais aussi en 2007, lors de la Biennale de Venise . Elles ont également été exposées en Chine en 2008, à Pékin, au Musée d’Art national de Chine ; au MaM de  Singapour en 2009, ou encore à Seattle en 2012 au Musée Frye Art. 12 œuvres monumentales de Li Chen ont été également exposées sur la Place Vendôme à Paris du 2 au 29 septembre 2013.

L’artiste est aujourd’hui largement reconnu par les marché de l’art et se classe parmi les mieux vendus aux côtés de grands noms comme Anish Kapoor ou Anthony Gormley.

Commentaires et questions

Aucun commentaire pour le moment. Soyez le premier !

    Laisser un commentaire

    • Rechercher un artiste