L’artiste hongroise Judit Reigl enfin reconnue

Pas moins de cinq galeries parisiennes (la Galerie de France, le Minotaure, Alain Le Gaillard, Antoine Laurentin et Anne de Villepoix) sont en ordre de marche pour réhabiliter, jusqu’au 21 mai, le travail de la Hongroise Judit Reigl. L’initiative de ce panorama en revient à Catherine Thieck, directrice de la Galerie de France, qui travaille avec l’artiste depuis 1981. La vie de Judit Reigl, née en Hongrie en 1923, a épousé les vicissitudes de son pays, plombé par la guerre et le stalinisme. L’artiste traverse le rideau de fer en 1950 pour gagner Paris. Elle exposera à la Galerie A l’Etoile Scellée, animée par André Breton, puis chez Jean Fournier, avant de rejoindre la Galerie de France. Son œuvre, qui court sur plus de cinquante ans, oscille entre puissance virile et effleurements ténus, abstraction et figuration.

Chaque galerie a abordé ce travail selon son propre ADN. Spécialisé dans les avant-gardes d’Europe centrale,…