Match au sommet de la collection

Trois collectionneurs majeurs d’Art Contemporain vont se partager les faveurs du public parisien cet Automne. Un match au sommet de la collection puisque ce sont celles de François Pinault, David Walsh et Philippe Cohen qui sont présentées.

gabia-pistoletto-artransfer

La Gabbia de Michelangelo,Pistoletto
Collection Pinault- « A triple tour »

Pinault investit la conciergerie où il présente une infime partie de ses trésors. Le collectionneur australien David Walsh est quant à lui l’hôte de la Maison Rouge. Enfin, le Passage du Retz accueille Philippe Cohen. Les collections personnelles de ces trois grandes fortunes répondent à un besoin réel de la scène artistique dans la mesure où le temps est à la disette du côté des institutions comme les musées. Crise oblige, les prix s’envolent et les budgets stagnent voire baissent.

Outre la générosité du geste d’ouvrir sa collection au grand public, que valent vraiment ces expositions? Et surtout, qui va emporter ce match au sommet de la collection? Artransfer vous livre quelques éléments de réponse.

Pinault: « A triple tour »

François Pinault n’est pas un simple investisseur en art. Au contraire, c’est un passionné d’art contemporain, aux goûts aiguisés et sûrs. De sa collection se dégage une véritable volonté d’appréhender le monde à travers le prisme de la création contemporaine. En témoigne l’exposition « L’art à l’épreuve du monde« , à Dunkerque qui vient de fermer ses portes le 6 Octobre. Il est sans nul doute le plus grand des collectionneurs français.

L’exposition, « A triple tour », de la Conciergerie a pour thème l’enfermement: thème large mais éminemment actuel. Ici, pas de blig-bling ou d’artistes « bankables », pas de Koons ou de Murakami. On trouve tout de même une immense armoire à pharmacie de

Damien Hirst, oeuvre glaçante et lourde de sens. A ses côtés, des pièces puissantes peu ou jamais exposées en France qui révèlent                                                                                                                    un regard novateur et profond sur le monde et les hommes. A retenir, l’artiste américain Javier Tellez et  l’Irakien Ahmed Al Soudani.

expo-david-walsh-artransfer

Family of the Future » Oleg Kulik, « P XIII » De Bruyckere, « Centaur and Angel » Sidney Nolan
Collection Walsh, « Théâtre du monde »

Avec cette exposition, Pinault assoit une nouvelle son rôle de maitre incontestable de la collection.

Walsh: « Théâtre du monde »

David Walsh est un collectionneur australien atteint du syndrome d’Asperger, une forme d’autisme. Il a fait fortune en inventant unlogiciel permettant de gagner aux jeux d’argent. Cet argent, il l’investit dans l’art -classique, moderne et contemporain. Deux thèmes unissent les oeuvres de sa collection, le sexe et la mort. Il est également le fondateur du Museum of old & new art, en Tasmanie.

L’ensemble présenté à l’exposition  » Théâtre du monde » est exceptionnel. Ce qui l’est encore plus, c’est sa mise en dialogue avec une autre collection australienne qui comporte des objets ethnographiques, des planches botaniques et animalières. Naissent ainsi des conversations originales entre sculptures de Giacometti et sarcophages. Plus de frontières entre art occidental et art premier, art d’hier et d’aujourd’hui.

La vision de l’art est bousculée et que demandons-nous à l’art si ce n’est bouleverser les codes et les frontières. Pari réussi pour David Walsh et la Maison Rouge.

Cohen: « 20 ans d’acquisition »

Philippe Cohen est un outsider. Dentiste de son métier, il commence à collectionner dans les années 1990. La collection

Philippe-Cohen-Artransfer

« Pinocchio Pipenose Householddilemma » Mc Carthy
Collection Cohen- « Philippe Cohen, 20 ans d’acquisitions »

estimpressionnante et on y trouve beaucoup de grands noms. Boltanski, Messager, Pareno, Huygues, Gréaud…. A retenir également, les célèbres photos de Cindy Sherman, l’installation vidéo de Tony Ourseler ou encore la ceinture de chasteté de Shilpa Gupta. Même si la collection mérite le déplacement, on peut déplorer un manque de  surprises et d’osmose entre les oeuvres. On peine à cerner la personnalité de ce collectionneur un peu trop secret.

Résultat de ce match au sommet, léger avantage pour David Walsh qui nous livre une vision de l’art contemporain singulière et innovante, talonné par Pinault, toujours maitre dans l’art de la collection et de l’exposition.

Commentaires et questions

Aucun commentaire pour le moment. Soyez le premier !

    Laisser un commentaire