Andy Warhol - Marylin Diptych, 1962

Soyez le premier à poser une question “Marylin Diptych”

WARHOL Andy

Marylin Diptych

Oeuvre vedette

Année de création 1962

A partir de 1962, Andy Warhol revisite les photos des stars.

Il prend des photos en noir et blanc qu’il colorise ensuite par le système de sérigraphie. Sa technique est la suivante : il découpe des photographies dans les magazines, qu’il agrandit ensuite dans son atelier sur un écran de soie tiré à l’encre, puis il pose les couleurs sur la toile.

Le rôle que joue Andy Warhol dans ses oeuvres réside essentiellement dans la sélection des photos et des couleurs, qu’il choisit volontairement non naturelles, c’est à dire agressives et neutres. L’image est traitée comme un ready-made. Andy Warhol pousse le concept jusqu’à son paroxysme en faisant fabriquer des faux de ses oeuvres, afin de démonter le système actuel, idée déjà exploitée par un certain Marcel Duchamp.

Dans cette oeuvre « Marylin Diptych » il n’y a pas d’engagement de la part d’Andy Warhol, ni aucun message à faire passer, il s’agit simplement d’un prolongement net du mode de communication « mass média » à un mode de communication artistique. Ce qui fait la différence ici, c’est la manière d’élever ce mode de communication « mass média » au rang d’oeuvre d’art.

Andy Warhol ne cherche pas à glorifier Marylin Monroe, mais au contraire, il recherche l’anonymat et simplifie le travail de l’artiste, en rompant totalement avec le genre du portrait puisqu’il dépersonnalise la célébrité. En outre, Andy Warhol choisit une photographie datant de 1953, période où la carrière de Marylin est à son apogée, alors qu’il la réalise en 1962, année où la star est décédée. C’est une image salie par la reproduction, mais par ailleurs les dimensions de la toile donnent une valeur commémorative également à « Marylin Diptych ».

Andy Warhol procède à une description physique de cette personnalité publique parfaitement soignée et haute en couleur. Il y a une certaine forme d’abstraction du niveau iconique du personnage à travers la fusion du fond et de la forme, ainsi que la répétition mécanique de la même image réduisant le personnage à ses traits essentiels : les lèvres rouges, les dents blanches, les yeux bleus,  les cheveux très blonds, le petit grain de beauté, les sourcils bien dessinés.

Andy Warhol montre ainsi que les photos de magazine réduisent la femme à une effigie, et dans ce prolongement, Warhol réduit Marylin à un objet de consommation, ce qui est provocateur. L’artiste souhaite rompre avec le travail sur le genre du portrait qui au départ est destiné à intérioriser l’âme de l’individu représenté. En effet, en utilisant la technique de la sérigraphie, Andy Warhol tend au contraire à montrer une image objective, en reportant mécaniquement la même image sur une toile, et en réduisant le personnage à ses traits essentiels. Ainsi l’artiste arrive à séparer l’image de sa signification en réinvestissant le portrait, il dépersonnalise par le procédé de la sérigraphie, il ne conserve que l’apparence, seule l’image pure de l’individu est censée être représentée. C’est ce résultat qui renvoie aux femmes iconisées par les magazines et réduites à des simples objets de consommation.

Caractéristiques de l'oeuvre

Courant artistique Pop art Artiste WARHOL Andy
Statut Oeuvre vedette